Rencontrez l'étudiant : Wycliff Nduga Ouma

Wycliffe Nduga Ouma est un candidat au doctorat et un associé de recherche à CAPSI à la Wits Business School, Université de Witwatersrand Johannesburg. M. Nduga est passionné par la recherche et le conseil dans les domaines de l'investissement à impact social, de la philanthropie d'impact, de la philanthropie d'entreprise, des marchés financiers, de la modélisation des risques financiers et du commerce international.

 

Actuellement impliqué dans de nombreux projets de recherche au centre, y compris une documentation complète sur la philanthropie pendant la pandémie COVID-19, un chapitre de livre qui étudie l'impact de la pandémie COVID-19 sur la société civile

Organisations en Afrique, un document de recherche sur Ubuntu et la philanthropie en Afrique et le développement d'un indice de la philanthropie africaine. M. Nduga effectue également des recherches sur les mouvements des taux de change, le risque lié aux cours des actions et l'évaluation du risque sur les marchés d'actions en développement. En dehors de son travail sur la philanthropie, M. Nduga est un père dévoué et aimant qui préfère passer son temps libre avec sa famille.

 

Q: Quel est votre domaine d'étude et qu'est-ce qui vous a incité à suivre cette voie ?

Mon domaine d'étude est celui des marchés financiers et des marchés des capitaux, essentiellement l'économie financière.

Mon doctorat consiste à élaborer un cadre d'évaluation des actifs pour le développement des marchés d'actions. Cependant, je crois fermement à la flexibilité des connaissances, ce qui me place au cœur des travaux du Centre pour la philanthropie et l'investissement social en Afrique (CAPSI).

Depuis environ trois ans maintenant, j'ai développé un vif intérêt pour la philanthropie et l'investissement social. J'entreprends actuellement des travaux (en dehors du centre) pour développer des plateformes d'investissement social et d'investissement d'impact pour certains clients personnels.

 

Q: Qu'avez-vous appris ou vu qui a été vital pour votre carrière ou qui vous a le plus marqué ?

Venir au centre m'a ouvert de nouvelles frontières. Je me retrouve à avoir des conversations et à participer à des activités de recherche visant à améliorer l'humanité. Ce n'était même pas un rêve que j'avais, mais cela devient peu à peu mon gagne-pain.

 

Q : Comment pensez-vous que votre recherche aura un impact dans l'espace d'investissement social ?

Premièrement, la philanthropie sur le continent est omniprésente mais invincible. Il faut des gens comme nous qui investissent du temps pour enregistrer, documenter et montrer ce que fait la philanthropie sur le continent. Je pense que notre travail n'est pas seulement destiné aux universitaires, mais qu'il contribue grandement au changement social nécessaire en Afrique.

Par exemple, en développant un indice de la philanthropie sur le continent, nous aurons un baromètre, une jauge pour voir où nous en sommes et où nous devrions aller en tant que troisième secteur. Ne vous y trompez pas, la philanthropie est au cœur de tout programme de développement, en particulier en Afrique. Le travail accompli par la philanthropie pendant cette pandémie en est un exemple clair.

Si l'on regarde le développement et la distribution du vaccin, la philanthropie est en tête du peloton.

S'abonner

Recevez les dernières nouvelles de CAPSI dans votre boîte de réception.

15585
Chargement...