Du bureau du directeur

Du bureau du directeur

Août 2020

 

L'année 2020 nous a tous surpris. Nous nous attendions à mettre en œuvre nos programmes comme cela avait été fait auparavant. Quelques semaines après le début de l'année, alors que les infections à COVID-19 augmentaient rapidement en Chine, il est devenu très clair que nos vies seraient différentes cette année. Le 6 mars, lorsque le premier cas de COVID-19 a été signalé en Afrique du Sud, la réalité a frappé et nous avons tous commencé à réfléchir aux implications que tout cela aurait sur nos organisations et nos vies personnelles. Très vite, la vie s'est quelque peu arrêtée, car des mesures restrictives ont été mises en place. Cela a obligé la plupart des institutions (y compris notre Centre) à adopter des méthodes de travail différentes.

 

Au Centre, nous n'avons pas arrêté notre travail mais nous avons rapidement basculé vers des méthodes de travail en ligne et virtuelles. Nous avons commencé à organiser des réunions virtuelles et nous avons veillé à ce que notre activité principale se poursuive. Avec le recul, nous aurions tous dû anticiper un tel moment, compte tenu des nombreuses avancées technologiques et de l'augmentation des catastrophes naturelles et d'origine humaine auxquelles nous avons été confrontés dans un passé récent. Nous étions obligés d'affronter ce moment à un moment donné. COVID-19 n'est qu'un substitut à tout ce qui aurait pu nous amener à repenser le monde et notre relation avec les autres et avec la nature.

 

La plupart d'entre nous ont été surpris à faire la sieste. COVID-19 nous a obligés à ajuster nos modes de vie et de travail. Au Centre, nous avons saisi l'occasion de cette crise pour nous reconfigurer et "reconstruire en mieux", de manière à rendre nos systèmes et nos processus plus robustes. La pandémie a démontré le rôle central des communautés dans la résolution des problèmes sociétaux. Elle a en outre révélé les nombreuses inégalités qui existent entre nous. La pandémie a également donné lieu à plusieurs innovations sociales. C'est pourquoi nous avons poursuivi nos projets de recherche afin de collecter le plus de données possible à travers l'Afrique. Un projet clé à cet égard est l'impact de COVID-19 sur les entreprises, les philanthropes et le secteur à but non lucratif. Nous commençons également en septembre à mettre en place nos cours de courte durée, dont la plupart traitent de la manière de diriger en temps de crise et d'incertitude, du rôle des communautés dans le développement, de la mobilisation des ressources et de la philanthropie dans les moments de crise.

 

Ce bulletin d'information présente la plupart des mesures de confinement que nous avons pu prendre. Alors que nous commençons à reconstruire, nous voulons inviter le plus grand nombre possible de personnes et d'institutions à nous accompagner dans nos efforts pour mener davantage de recherches, proposer des programmes universitaires et combler le fossé entre la pratique et la théorie. Vous pouvez nous rejoindre en devenant un associé de recherche, un conférencier de session pour nos cours de courte durée, un conférencier invité ou en participant à certains de nos webinaires en cours, entre autres. Je vous invite à nous contacter et à vous engager avec nous, si vous souhaitez participer.

 

Nous attendons avec impatience le voyage de la "nouvelle normalité".

 

Vraiment,

Dr Bhekinkosi Moyo

S'abonner

Recevez les dernières nouvelles de CAPSI dans votre boîte de réception.

15585